Mots clés de l’Altruisme Efficace


Idées centrales

Altruisme efficace: L’altruisme efficace (EA) est le nom d’un mouvement social grandissant et d’une idée — fondée sur l’utilisation de preuves et de raisons pour trouver les moyens les plus efficaces de faire le bien dans le monde. Un-e altruiste efficace est une personne qui s’identifie à et tente d’agir selon les principes de l’altruisme efficace.

Rapport coût-efficacité: Le rapport coût-efficacité d’une intervention de bienfaisance fait simplement référence à tout ce qu’elle accomplit avec une certaine quantité de ressources. Le rapport coût-efficacité d’un don à un organisme de bienfaisance fait généralement référence au bénéfice marginal de ce don, p. ex. si vous faites un don de 100€ à un organisme de bienfaisance, quel sera l’impact supplémentaire lié à votre don?

Impartialité: L’impartialité est la valorisation de toutes les vies, indépendamment du lieu, de l’âge, du sexe, etc.

Agnosticisme de cause: Une personne est agnostique à la cause si elle choisit où et comment aider (par exemple, à quelle charité faire un don), uniquement en fonction de l’impact d’une telle aide. C’est-à-dire, cette personne n’a pas de cause chouchou.

Priorisation: Les domaines de causes peuvent être évalués en termes d’ampleur (quelle est la taille du problème et quelle serait l’utilité de le résoudre), de résolubilité (facilité de réaliser des progrès) et de négligence (combien de ressources sont déjà dédiées à ce problème).

Raisonnement contrefactuel: Le raisonnement contrefactuel examine l’impact d’une action par rapport à ce qui se serait passé autrement. Votre impact contrefactuel serait alors la quantité de bien additionnelle résultant de votre action.

Effet de levier et dons: Parfois, un effet de levier peut être utilisé pour multiplier l’effet des dons. Par exemple, au lieu de faire un don de 1 000 € à un organisme de bienfaisance, on pourrait utiliser le montant de 1 000 € pour organiser un événement de collecte de fonds qui se traduira par des dons de plus de 1 000 €.

Philosophie

Conséquentialisme: Le conséquentialisme est le principe selon lequel la justesse d’une action ne dépend que de ses conséquences, à savoir si les états du monde qu’elle provoque sont bons ou mauvais. La plupart des altruistes efficaces sont conséquentialistes. Le philosophe moral et altruiste efficace Thomas Pogge est une exception notoire; il souscrit à un système déontologique de l’éthique (selon lequel les gens ont le devoir de faire ou de ne pas faire certaines actions).

Utilitarisme: L’utilitarisme est une théorie morale conséquentialiste particulière, qui stipule qu’un acte est bon ou mauvais en fonction de la mesure selon laquelle il augmente le bonheur et diminue la souffrance. D’autres variantes de l’utilitarisme, comme l’utilitarisme des préférences, cherchent à maximiser la satisfaction des préférences des gens, que cela mène ou non au plaisir.

Éthique de la population: L’éthique de la population pose des questions telles que savoir s’il est préférable de générer une plus grande quantité de bonheur dans le monde (p. ex. en ayant une plus grande population qui est moins heureuse) ou une population plus petite et en moyenne plus heureuse, et si l’option de faire naître de nouvelles personnes heureuses dans le futur est tout aussi importante que celle de rendre heureux ceux qui existent actuellement. L’éthique de la population est une source de désaccord significatif parmi les philosophes en général et les altruistes efficaces.

Rationalisme: Le rationalisme est une méthode pour améliorer sa pensée ainsi qu’une une communauté associée, intéressée par l’étude des biais cognitifs, des statistiques, etc.

Gagner pour donner: Gagner pour donner fait référence à la pratique consistant à choisir une carrière non pas pour son impact direct mais pour son salaire, puis à faire don d’une partie importante de ce salaire à des organisations caritatives efficaces. Gagner pour donner peut parfois être plus efficace que le travail direct, lorsque vos dons permettent à d’autres de faire plus de bien que vous ne le feriez directement.

Engagement (TLYCS): De nombreux altruistes efficaces signent des promesses de don d’une partie importante de leurs revenus à des œuvres caritatives. Les membres de Giving What We Can s’engagent à consacrer au moins 10% de leurs revenus aux organismes de bienfaisance qu’ils croient être les plus efficaces. TLYCS (The Life You Can Save) a un engagement similaire. Un engagement plus général est disponible sur http://effectivealtruismhub.com/donations.

Risque existentiel: Un risque existentiel est un danger de portée globale et d’intensité terminale. Autrement dit, il menace «d’anéantir la vie intelligente originaire de la Terre ou de réduire de façon permanente et drastique son potentiel.» Les exemples incluent les changements climatiques sévères, la guerre nucléaire et l’intelligence artificielle hostile.

Méta-EA: Une organisation caritative méta-EA est une organisation qui contribue indirectement en cherchant à faire croître le mouvement d’altruisme efficace ou à augmenter son efficacité. Les exemples incluent GiveWell, CEA, TLYCS et MIRI.